Le Retour de l’anthropologue de Nigel Barley

Je l’avais déjà lu avec beaucoup de plaisir. J’ai compris pourquoi je n’aime pas relire les livres: je l’ai trouvé cette fois plutôt outrancier, avec des remarques et des réflexions convenues… bref, j’ai été déçue et j’ai laissé tomber!

Résumé :
Il se l’était juré : cette fois, on ne l’y reprendrait plus. Son premier voyage chez les Dowayos l’avait lessivé (Un anthropologue en déroute, Payot, 1992). Transformé en banquier, en infirmier, en chauffeur, manipulé, vide, exploité jusqu’à l’os par une tribu hilare, il avait fini par comprendre que le sujet d’étude c’était lui pour tous ces braves montagnards.

Et pourtant… Lorsqu’il apprend que ces Dowayos vont reprendre une très ancienne cérémonie de circoncision, il ne tient plus, et repart. Préparé au pire cette fois, avec ses provisions de christmas pudding et de cheddar. Mais non !

Ce qui va lui arriver dépassera tout ce qu’il avait imaginé, d’où un nouveau livre d’une assez extraordinaire cocasserie. Mais peut-être est-ce cela, ce besoin maladif de se précipiter tête baissée dans un monde indéchiffrable, qui définit l’anthropologue, et non l’étude distanciée de l’autre. Sous la drôlerie du propos, Nigel Barley, mine de rien, conduit une réflexion singulièrement aiguë sur la compréhension entre les cultures.

Publicités

Patria de Fernando Aramburu

J’ai abandonné en cours de route. Trop gros, trop détaillé, trop long… pour initiés?

Résumé:
Pendant cinquante ans, l’ETA a paralysé et divisé le Pays basque. En 2011, l’organisation a définitivement déposé les armes. Avec son roman Patria, Fernando Aramburu a ravivé des souvenirs douloureux et provoqué de nombreux débats. Il semblerait que tout Basque ait une opinion sur ce livre. Les familles de victimes y voient une reconnaissance, quant aux séparatistes, ils accusent l’auteur d’avoir une vision trop manichéenne. Si ce roman fait autant parler, c’est qu’il était nécessaire. Fernando Aramburu indique clairement sa volonté de dénoncer. Il ne faut pas taire ces années, au contraire, il faut exorciser le passé : « Je souhaite que les générations à venir sachent ce qui s’est passé, et qu’elles le sachent à partir de versions qui ne blanchissent pas l’Histoire. Avec mon roman, j’ai voulu contribuer à la défaite culturelle d’ETA.» Fernando Aramburu a choisi de raconter l’ETA a travers deux familles et un village. Deux familles amies qui vont se déchirer à cause de l’organisation. Le fils de l’une d’entre elles deviendra membre de l’ETA et le père de l’autre famille sera tué pour avoir refusé de payer l’impôt révolutionnaire. Au-delà de l’arrière plan historique extrêmement référencé, ce qui fait la puissance du roman, ce sont ses personnages….

Mamie Luger de Benoît Philippon

Sympathique. L’écriture n’est pas grandiose, parfois un peu facile et convenue, mais des rebondissements à profusion…

Résumé:
Six heures du matin, Berthe, cent deux ans, canarde l’escouade de flics qui a pris d’assaut sa chaumière auvergnate. Huit heures, l’inspecteur Ventura entame la garde à vue la plus ahurissante de sa carrière. La grand-mère au Luger passe aux aveux et le récit de sa vie est un feu d’artifice. Il y est question de meurtriers en cavale, de veuve noire et de nazi enterré dans sa cave. Alors aveux, confession ou règlement de comptes ? Ventura ne sait pas à quel jeu de dupes joue la vieille édentée mais il sent qu’il va falloir creuser. Et pas qu’un peu.

Dans les eaux du Grand Nord de Ian McGuire

Bon bouquin, agréable et plein de suspense.

Résumé :
Patrick Summer, un ancien chirurgien de l’armée britannique traînant une mauvaise réputation, n’a pas de meilleure option que d’embarquer sir le « Volunteer », un baleinier du Yorkshire en route pour les eaux riches du Grand Nord. Mais alors qu’il espère trouver du répit à bord, un garçon de cabine est découvert brutalement assassiné. Pris au piège dans le ventre du navire, Summer rencontre le mal à l’état pur en la personne d’Henry Drax, un harponneur brutal et sanguinaire.Tandis que les véritables objectifs de l’expédition se dévoilent, la confrontation entre les deux hommes se jouera dans les ténèbres et le gel de l’hiver arctique.

La composition des mondes. Philippe Descola, entretiens avec Pierre Charbonnier

Excellent! Quel auteur, quelle écriture, quelle vision… un régal.

Résumé:
Les entretiens que Philippe Descola a accordés à Pierre Charbonnier intéresseront les historiens à un double titre. D’abord, il s’agit d’une pièce importante dans l’histoire des sciences humaines : le parcours d’un anthropologue dans la deuxième partie du xxe siècle constitue une étude de cas particulièrement féconde pour penser l’évolution récente des disciplines. Ensuite, les propositions théorico-empiriques de Philippe Descola sur les quatre grandes ontologies structurant le monde requiert une réflexion sur les profondeurs historiques différentielles de ces grandes manières de penser. Il y a donc là matière à discussion pour des historiens qui seraient soucieux d’intégrer à leurs recherches des points de rupture avec les évidences d’un naturalisme rarement interrogé en tant que tel.

Le Traquet kurde de Jean Rolin

C’est vraiment bien écrit… mais j’ai lâché l’entreprise en cours, peut-être à tort?

Résumé:
Prix Alexandre-Vialatte 2018

Au printemps 2015, un ornithologue amateur observe au sommet du puy de Dôme un petit oiseau, le traquet kurde, jamais vu en France auparavant, et dont nul ne sait comment il est arrivé jusque-là. Sur la piste du traquet kurde, des vertes prairies du Hertfordshire aux montagnes du nord de l’Irak, le narrateur de ce récit, quant à lui, croisera les ombres de T. E. Lawrence, St. John Philby (le père du célèbre espion), Wilfred Thesiger, celle aussi d’un invraisemblable escroc, mystificateur et mythomane, le colonel Meinertzhagen, et beaucoup d’autres grandes figures de l’histoire impériale britannique.
Ce nouveau livre de Jean Rolin, récit et variation autour des tribulations hasardeuses d’un écrivain et du petit oiseau qu’il poursuit de sa curiosité, est un festival d’érudition et d’humour, un itinéraire poétique à travers l’ornithologie et les géographies physique et politique, l’histoire, la littérature, une illustration supplémentaire de son génie descriptif.

C’est le coeur qui lâche en dernier de Margaret Atwood

Super, c’est grinçant et bien écrit!

Résumé :
Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Tous deux survivent grâce aux maigres pourboires que gagne Charmaine dans un bar sordide et se voient contraints de loger dans leur voiture… Aussi, lorsqu’ils découvrent à la télévision une publicité pour une ville qui leur promet un toit au-dessus de leurs têtes, ils signent sans réfléchir : ils n’ont plus rien à perdre.
À Consilience, chacun a un travail, avec la satisfaction d’oeuvrer pour la communauté, et une maison. Un mois sur deux. Le reste du temps, les habitants le passent en prison… où ils sont également logés et nourris ! Le bonheur. Mais le système veut que pendant leur absence, un autre couple s’installe chez eux avant d’être incarcéré à son tour. Et Stan tombe bientôt sur un mot qui va le rendre fou de désir pour celle qui se glisse entre ses draps quand lui n’y est pas :  » Je suis affamée de toi.  »
Avec C’est le coeur qui lâche en dernier, Margaret Atwood nous livre un roman aussi hilarant qu’inquiétant, une implacable satire de nos vices et travers qui nous enferment dans de viles obsessions quand le monde entier est en passe de disparaître.

Foutez-vous la paix! de Fabrice Midal

On tourne vite en rond…

Résumé:
Cessez d’obéir Vous êtes intelligent. Cessez d’être calme Soyez en paix. Cessez de vouloir être parfait Acceptez les intempéries. Cessez de rationaliser Laissez faire. Cessez de vous comparer Soyez vous-même. Cessez d’avoir honte de vous Soyez vulnérable. Cessez de vous torturer Devenez votre meilleur ami. Cessez de vouloir aimer Soyez bienveillant.

Le géant enfoui de Kazuo Ishiguro

Abandonné…

Résumé :
Axl et Beatrice vivent un amour constant qui a résisté aux années. Ils décident de faire un voyage pour rejoindre leur fils, parti depuis longtemps. De nombreux obstacles se dressent sur leur chemin, parfois étranges, parfois terrifiants, et mettent leur amour à l’épreuve. Leur parcours est une métaphore de nos vies à tous. Dix ans après Auprès de moi toujours, Kazuo Ishiguro revisite, dans Le Géant enfoui, les thèmes shakespeariens qui traversent son oeuvre : la mémoire et l’oubli, la confiance et la haine, la vengeance et la justice. L’histoire d’Axl et Beatrice, une allégorie du monde moderne, est d’ores et déjà un monument de la littérature.

Indian creek de Pete Fromm

Excellent! Un voyage enune saison, dans un région, entre soi…

Résumé:
Pete Fromm est un étudiant à Missoula quand il accepte à l’automne un job sur un coup de tête, qui consiste à passer l’hiver dans l’Idaho à s’occuper de saumons. Ainsi débute l’incroyable hiver de l’auteur, qu’il va passer entre chasse, paysage et dureté de l’hiver.